Votre navigateur ne supporte pas javascript
Informations & réservations
05 62 07 08 01
Les Voyages Duclos 05 62 07 08 01

Week end decouverte au Pays Basque avec Biarritz et la Fete du Gateau Basque

 

Un petit aperçu du séjour qui vous attend ...

 

Le week-end débute par Biarritz, autrefois village de pêcheurs, dont le port a conservé quelques crampottes, petites maisons rustiques et chaulées, aux volets colorés, installées au Port-des-Pêcheurs et servant à remiser casiers, bouées et filets de pêche.  Chacun de ses illustres visiteurs a tenté, depuis la vogue des bains de mer, d’y laisser son empreinte, léguant à la postérité hôtels particuliers, châteaux et villas de styles, entre autres, néo basques (villa Lou Bascou), néo normand (villa Victoria), Belle époque (hôtel Bellevue), Art déco (musée de la mer et hôtel Plazza), ou pastiche moyenâgeux (villa Émilia, dessinée par Eugène Viollet le Duc),Renaissance(château Boulart) et « Renaissance tardive ou de style Louis XIV » (hôtel du Palais). En s’écartant du littoral, on retrouve également, le style urbain traditionnel de la maison labourdine, aux façades chaulées et aux pans de bois apparents peints le plus souvent en rouge brun, mais aussi en vert, gris ou bleu. Pour Roger Brunet, le style architectural de Biarritz est une synthèse et presque un musée du kitsch balnéaire.

L’impératrice Eugénie décide d'en faire sa villégiature après y avoir séjourné deux mois en 1854 et Napoléon III lui construit un palais. Cet épisode y amène les têtes couronnées de toute l'Europe et fait le succès de la ville qui devient « la reine des plages et la plage des rois ». En octobre 1868, au cours des régates de Biarritz, les équipages des avions à hélice de la division navale des côtes ouest de France Chamois (cdt Jules d'Ariès, 1813-1878) et l'Argus (cdt Henri Rieunier, 1833-1918, futur amiral ministre de la marine et député de Rochefort) accueillent à leur bord l'impératrice Eugénie et son fils le prince Impérial. C'est à Biarritz que Bismarck vient rencontrer Napoléon III en septembre 1865, afin d'obtenir le soutien de l'empereur français à la politique prussienne.

De cette histoire, Biarritz a gardé quelques immeubles caractéristiques comme une église orthodoxe à rapprocher des visites de l'aristocratie russe d'avant la Révolution russe.

 

Ensuite à Saint Jean de Luz, on y visite l’église où le Roi Soleil épousa Marie-Thérèse en 1660, la maison de leur nuit de noces. Au bord de la plage, non loin du port de pêche,  se dressent les nobles hôtels particuliers, les anciennes demeures des armateurs et les villas de style néo-basque. La plupart des rues sont piétonnes. Pour les fanas de shopping, c’est le paradis : les petites boutiques colorées, les articles de mode dernier cri à l’artisanat traditionnel, on peut tout y trouver. Sur la place Louis XIV, les artistes peintres exposent leurs œuvres autour du kiosque à musique. Il n’est pas rare qu’une chorale basque vienne animer l’apéritif ou le café. 

St-Jean-de-Luz a ses gourmandises : les macarons, les mouchous, les kanougas. On y déguste le thon à la luzienne, la sardine ou l’anchois et le ttoro (soupe de poissons). 

Avec ses trois trinquets, son fronton et son Jaï Alaï, la ville accueille les meilleurs joueurs mondiaux de pelote basque, elle reste un endroit convoité pour les activités liées à l’océan et les séjours en thalassothérapie. Toute une douceur de vivre se dégage de cet élégant front de mer et de ce petit port très coloré.

 

La Rhune, ou Larrun vient de "larre" qui veut dire "lande". Du haut de ses 905 m, elle offre un panorama à 360° sur le Pays basque, les Landes et l'océan Atlantique. Fréquentée depuis la préhistoire, la montagne est riche en tumuli, cromlechs et dolmens. On y croise des pottok (petit cheval en basque) ou des brebis manech à tête noire ou rousse. C'est l'Impératrice Eugénie qui y lança la mode de l'excursion. La Rhune se découvre à pied ou bien en train. Depuis 1924, le train à crémaillère de la Rhune monte au sommet en partant du col de Saint-Ignace. Tout là-haut se trouvent des "ventas", petits commerces situés sur la frontière franco-espagnole.

 

La Grotte de Sare, l'immense massif calcaire présent sur Sare et ses environs regorge de très nombreuses cavités. L'une d'entre elles, appelée LEZEA ou GROTTES DE SARE, se visite aujourd'hui telle qu’elle existait il y a plus de 2 millions d'années. Les grottes de Sare n'ont pas seulement servi d'abris aux humains, mais aussi... aux ours des cavernes qui hibernaient dans la cavité il y a plus de 10000 ans! Aujourd'hui, les chauves-souris sont des mammifères plus que jamais installés au sein de la cavité.

Aujourd'hui les grottes de Sare font partie du réseau européen Natura 2000. Ce réseau a pour objectif de maintenir la diversité biologique des milieux, dans une logique de développement durable.

 

Fin de journée avec la visite de l’atelier de tissage de fabrication artisanale de Bidos. Labellisée en 2016 “Entreprise du patrimoine vivant”, la marque Lartigue 1910 perpétue depuis quatre générations l’art du tissage traditionnel et son savoir-faire local hérité du siècle dernier. La production de toile pour espadrilles restera longtemps l’activité principale de la petite entreprise familiale. Mais, au milieu des années 1980, l’arrivée sur le marché de produits à bas coûts provenant d’Asie plonge la région dans une profonde crise. Les ateliers ferment. Le père de Philippe Lartigue ne se résout pourtant pas à abandonner ses métiers à tisser et décide de se diversifier dans le linge basque. Un choix habile. Le succès grandissant du linge basque a permis peu à peu de compenser la baisse d’activité.  Vous  apprécierez la qualité des modèles imaginés par des stylistes locaux et entièrement fabriqués sur place.

 

Le dimanche, Cambo les Bains, la Fête du Gâteau Basque s’installe dans le paysage des fêtes locales, en conservant les vertus des fêtes d’antan. La rencontre entre artisans et publics de la fête est essentielle pour faire découvrir ou rappeler que le gâteau basque doit respecter un savoir-faire, des denrées de qualité. Cambo les Bains fête le gâteau basque dans une ambiance festive et conviviale, à l’image des basques. Cambo les Bains est connue pour la qualité de ses eaux thermales, sa douceur de vivre, la fabuleuse maison d’Edmond Rostand. Mais ce que l’on sait moins, c’est que l’emblématique gâteau basque, cette alliance de biscuit tendre et doré, fourré à la crème pâtissière, trouve ses origines dans une pâtisserie de Cambo, tenue par deux sœurs au XIXè siècle.

 

St Jean Pied de Port, situé entre la côte basque et la frontière espagnole, sur la rive droite de la Nive et au pied des cols de Cize («col de Roncevaux»), Saint-Jean-Pied-de-Port raconte, à travers son patrimoine et son architecture typique du Pays basque, les multiples facettes de son histoire : celle d'une étape renommée vers Saint-Jacques-de-Compostelle, d'une ancienne place forte du royaume de Navarre et d'un carrefour d'échanges commerciaux toujours actif. Les incontournables: La citadelle et sa redoute (XVIIème S),l’Eglise Notre-Dame (XIIIème S), La Prison des Évêques (XIV-XVème S).

 

Cliquez ici pour réserver